Délégationde Cambrai

« Les pauvres ont besoin d’être accueillis et reconnus »

Explications de l’abbé Jean Ménétrier, aumônier de la délégation Nord/Cambrai du Secours Catholique, et d’Émeline Boulogne, animatrice pour le territoire du Valenciennois, lors d’un café-débat organisé le 10 novembre à Onnaing, à l’occasion de la publication du rapport statistique 2017 du Secours Catholique sur l’état de la pauvreté en France.
Avec, en vidéo, cet éclairage autour de quatre questions : Pourquoi un rapport statistique et des cafés-débats ? Pour aider les personnes en difficulté, qu’est-ce qui est le plus important ? Quels sont les principaux besoins de ceux qui viennent demander de l’aide ? Quel monde et quelle société voulons-nous construire pour demain ?

Les cafés-débats.

publié en décembre 2017

Les cafés-débats organisés par la délégation Nord/Cambrai du Secours Catholique :

Émeline Boulogne est une des quatre animatrices (et un animateur) de la délégation du Secours Catholique Nord/Cambrai. Elle est responsable du territoire d’animation du Valenciennois.

Les autres animatrices et animateur qui ont organisé chacune et chacun le même type de cafés-débats sur leur territoire :
- Marianne Demaegdt sur le territoire d’animation du Cambraisis ;
- Mélanie Guillermo sur le territoire d’animation du Maubeugeois ;
- Jeanne Outurquin sur le territoire d’animation du Denaisis ;
- Mickaël Stingre sur le territoire d’animation du Douaisis.

L’abbé Jean Ménétrier, aumônier de la délégation du Secours Catholique Nord/Cambrai, a également organisé un café-débat.

Les cafés-débats en vidéo :

1. Pourquoi un rapport statistique et des cafés-débats ?
>> Voir la vidéo

2. Pour aider les personnes en difficulté, qu’est-ce qui est le plus important ?
>> Voir la vidéo

3. Quels sont les principaux besoins de ceux qui viennent demander de l’aide ?
>> Voir la vidéo

4. Conclusion : quel monde et quelle société voulons-nous construire pour demain ?
>> Voir la vidéo

Les personnes engagées dans l’organisation de ces cafés-débats sont des maillons d’une immense chaîne de solidarité, le Secours Catholique :

Tout au long de l’année, 67 900 bénévoles du Secours Catholique accueillent 1 438 000 personnes qui viennent demander de l’aide parce qu’elles vivent au-dessous du seuil de pauvreté, certaines mêmes sont sans aucunes ressources.

Les bénévoles qui les accueillent ne se contentent pas de les aider. Ils recensent les données (anonymisées) de leurs situations et les transmettent pour analyse au siège du Secours Catholique à Paris.

Les personnes qui analysent les données établissent le rapport statistique annuel du Secours Catholique, document qui donne une image de la pauvreté en France, région par région.

Ce rapport est une publication de référence, utilisée par l’administration et les pouvoirs publics, au niveau local et national, dans leur appréciation de l’état de la pauvreté en France. Mais si des décisions administratives, des décrets et des lois sont nécessaires pour améliorer les conditions de vie des personnes pauvres, elles ne suffisent pas à changer les mentalités et la réalité sociale…

C’est pourquoi les conclusions du rapport statistique sont aussi transmises à toutes les délégations du Secours Catholique (il y en a une par diocèse), délégations qui sont chargées de faire connaître ces conclusions auprès du grand public dans le but de provoquer une prise de conscience et de susciter une réaction de solidarité responsable.

Pour ce faire, et après avoir testé différentes façons de procéder, la délégation Nord/Cambrai du Secours Catholique (diocèse de Cambrai) a retenu la formule des cafés-débats :

Notre délégation étant subdivisée en cinq territoires d’animation, les cinq animatrices/animateur (assistés d’un membre du Bureau) étaient respectivement chargés d’organiser des cafés-débats dans différentes villes de leur territoire d’animation, pour y présenter et interpréter les chiffres du rapport statistique, et engager un débat.

Un débat est, en effet, un des meilleurs moyens d’impliquer les personnes dans un processus de prise de conscience et de transformation, selon la démarche que Jean, à sa façon, a si bien expliquée tout au long de ses interventions :
1. Être réaliste pour voir le monde tel qu’il est.
2. Rêver un monde plus juste et plus fraternel.
3. Agir en équipe, pour construire ce monde, au jour le jour, petit pas par petit pas, afin que nos enfants puissent, un jour…
4. … Vivre dans un monde où tous les hommes auront leur place et seront heureux de vivre ensemble.

Ainsi chaque personne qui a participé à l’un ou l’autre de ces cafés-débats est repartie avec cette question :
Quel genre de monde voulons-nous construire pour nos enfants ?

>> Faire un don au Secours Catholique

>> Rejoindre les bénévoles du Secours Catholique

>> Consulter le rapport statistique 2017 du Secours Catholique

Imprimer cette page

Faites un don en ligne